viernes, 22 de febrero de 2008

Historias de pompas...

Cita: Histoire de fesses . En los Blogs de Liberation.fr. Escribe (y muy bien!) Agnes Giard.

Agnes Giard es una periodista francesa, joven y talentosa, especialista en contra-culturas. Este es un ensayo delicioso de ella publicado en su Blog.

Au Musée de l’Erotisme, ne ratez pas une exposition sur les fesses. Alexandre Dupouy — auteur d'une Anthologie de la fessée et de la flagellation (éd La Musardine), grand collectionneur de clichés anciens— fait poser ses modèles sous l’angle le plus flatteur du monde (si tant est que l’on ait de la chair). Par derrière, donc. C’est l’occasion de passer en revue quelques millions d'années d’histoire de fesses.
Parmi les 193 espèces vivantes de primates, une seule, l’espèce humaine, possède des fesses. C’est une caractéristique anatomique unique. D’après Yves Coppens, l’apparition des fesses date d’il y a trois ou quatre millions d’années —en Tanzanie— quand l’australopithèque afarensis (Lucy) adopte la marche bipède.
Un animal obtient cependant l’honneur de voir son arrière-train nommé «fesses». Lequel ? Pour le savoir, continuez à lire.
Alfred Binet (1857-1911) observe que chez l’homme la morphologie de la fesse est dominée par les muscles fessiers, et chez les femmes par des tissus graisseux «harmonieusement» répartis, qui —comme la bosse du chameau— servent de ration alimentaire d’urgence. Normal : les hommes ont 20 milliards de cellules graisseuses, contre 40 milliards chez les femmes.
Pour attirer les mâles, les femmes préhistoriques étaient stéatopyges, c’est-à-dire dotées de fesses monstrueusement énormes. Si énormes, que les mâles seraient passés de la position en levrette à la position du missionnaire… D’après le philosophe Desmond Morris, les seins des femelles humaines auraient alors pris du volume pour rappeler par mimétisme un gros cul…
Dans le chapitre sur l’art de griffer, les Kama-Sutra (manuel de savoir-vivre écrit entre le IVe et le VIIe siècle) précisent qu’on peut marquer les fesses dans l’ardeur de la passion. Parmi ces marques, citons : la griffe du tigre, le pied de faon ou la feuille de lotus. Ce sont des signes de possession.
Le mot «derrière» apparaît en 1080. il vient du latin deretro composé de retro (en arrière) et reste d’abord cantonné au vocabulaire militaire pour indiquer les bases arrières d’une armée : «C’était donc plutôt un soutien de renfort», explique Jean-Luc Hennig, historien et critique d'art de la fesse.
Le mot fessée ne vient pas du mot fesse (fissa, la fente) mais de l’ancien français faisse qui désigne les courroies avec lesquelles on administre la correction. En 1498, fesser veut dire flageller, ce qui —pour Anatole France— est la «meilleure façon de faire entrer les vertus par le cul».
En 1532, Luther —tourmenté par des visions nocturnes— dit au diable : «Lèche-moi le cul.» Au Moyen-Age, on pense en effet que le diable —privé de fesses— est jaloux de nos postérieurs. Pour se protéger des forces du mal, les Allemands mettent leurs derrières aux portes et aux fenêtres pendant les orages.
Les Italiens, spécialistes du pinçon, distinguent le pizzicato (pincement sec et rapide, avec deux doigts, pour débutants), le vivace (vigoureux, avec plusieurs doigts en rapides torsions) et le sustenuto (pincement rotatif soutenu et prolongé). En France, l’hommage des mains aux fesses se disait «patinage» au XVe siècle, «pelotage» au XVIIe puis, vers 1890, «la main au panier».
En 1602, le père Sanchez indique que la seule position acceptable pour faire l’amour —aux yeux de l’Eglise— est la position du missionnaire. La position «en levrette» est impie car la vue du «podex» occasionne un surcroît de plaisir et peut même inciter le lubrique à coïter «hors du vase» réservé à la procréation.
A part les tatouages, il n’existe au monde qu’une seule forme recensée de décoration de fesse. Au XVIIIe siècle, l’Anglais John Bulwer, rapporte en effet dans L’Homme Transformé : «J’ai souvenir… d’un certain peuple qui, par une forme d’absurde bravoure, se fait des trous dans les fesses où l’on suspend des pierres précieuses. Ce qui doit être une mode fort peu commode et fort préjudiciable à une existence sédentaire.»
Le cul le plus connu de la peinture française appartient à Miss O’Murphy : en 1752, cette jolie vierge délurée pose pour Boucher, à plat ventre sur des coussins, le cul cambré et les cuisses écartées dans une pose charnue qui lui attire les foudres de Diderot et… les faveurs du roi Louis XV. L’Odalisque blonde (titre du tableau) devient maitresse royale grâce à ses fesses.
Au XVIIIe siècle, Goya peint la duchesse d’Albe, nue, allongée sur lit, dans un tableau titré Maja desnuda qui fait fantasmer toute l’Espagne. Dans son roman Sade, Sainte Thérèse, Pierre Bourgeade raconte qu’un lieutenant de la garde —désespéré de ne pouvoir la voir de dos— se suicida devant le tableau.
1770 : Jean-Jacques Rousseau découvre le plaisir sexuel en recevant une fessée sur les genoux de sa tante (Les Confessions). Il faut savoir que, jusqu'au XVIIe siècle, la punition corporelle s’applique au-dessus des reins : sur le dos. Puis, comme attirée vers des régions plus expressives, plus sensuelles, elle vise cette zone «apte à la rougeur», où va se nicher la pudeur offensée. L'humiliation de la déculottée double le chatiment corporel d'un sentiment trouble de transgression.
Vers 1810, Géricault dit «J’aime les hommes aux grosses fesses.» Pour trouver ses modèles, il traîne dans les écuries impériales de Versailles. Les chevaux —et ceux qui les montent— lui inspirent des visions viriles, musclées, de cavaliers aux croupes superposées sur celle de leur monture en de suggestives chevauchées. Géricault devient le peintre absolu du cul triomphant.
En 1894, «avoir le cul sur le visage» signifie avoir une mine florissante de santé. Comme quoi le cul peut être synonyme de gaieté. En 1914 les expressions le confirment : «avoir le cul verni», «avoir du fion», «avoir du bol» ou «avoir une chance d’enculé».
D’une femme qui bouge bien, on dit qu’elle remue de la croupière, travaille du cul, marche sur des œufs, trémousse du valseur, ondule de l’anneau, tortille du popotin, etc. Balzac parle de «torsion lascive» et Léo Ferré dit «Ton style, c’est ton cul».
En 1864, Alfred Delvau, qui a le sens du calembour, dit que la fesse et la femme sont toutes deux des moitiés. A la même époque, on désigne les bordels sous le nom peu flatteur de «magasin de fesses». Les mots fesse et femme semblent en effet avoir les mêmes origines latines : culus-cunus («cul-con»).
Entre 1890 et 1940, c’est la folie de la fessée : il sort entre 700 et 800 parutions «flagellationistes», romans coquins à déculottade et percutants récits d’éducation anglaise… «Historiquement, la "mode" de la fessée est souvent liée à la montée du féminisme, explique le psychanalyste Jean-Pierre Bourgeron. Dans les années 30, quand les femmes se coiffent à la garçonne, revendiquent le droit de vote et deviennent androgynes, les hommes prennent leur revanche en faisant panpan-cul.»
En 1919, Marcel Duchamp colle une moustache sur La Joconde est appelle ce tableau L.H.O.O.Q. Et si La Joconde était un cul ? Vue dans un miroir, ses lèvres révèlent en effet deux fessiers masculins ! Leonard de Vinci, accusé d’homosexualité en 1476, aurait donc dissimulé dans ce portrait son amour des éphèbes aux belles fesses ? Il disait lui-même qu’une peinture est plus belle vue dans un miroir.
Dans les années 40, Dali s’entoure de femmes aux beaux culs. «Par le cul les plus grands mystères deviennent sondables», dit-il. Il prétend avoir découvert une analogie entre les fesses d’une de ses invitées et le continuum universel qu’il appelle alors «continuum à quatre fesses» (c’est à dire l’atome).
Après les femmes, c’est au tour des hommes de se faire bien châtier. Dans les années 50, Eric Stanton, dessinateur de génie, publie ses illustrations de «Guys in gowns» (mecs en nuisette) et de «male maid» (soubrette à quéquette) déculottés et martyrisés par des dominatrices… «Frappez votre homme. Vos ongles rouges s'accordent si bien avec la couleur de son derrière !»
En 1963, Godard tourne la fameuse scène du Mépris («Et mes fesses, tu les aimes mes fesses ?») à la demande expresse des producteurs. Mais il la place dès le début du film… Pour en finir avec les fesses de Brigitte Bardot.
En avril 1986, le cannibale Issei Sagawa raconte à un journaliste qu’après avoir tué son amie Hollandaise il lui a mangé la fesse droite : «Comme c’était très bon, j’en ai mangé une grande quantité. Il faut dire que pour moi les fesses sont la partie la plus attirante du corps de la femme.»
Pour se refaire les fesses, certaines femmes ont recours aux prothèses de fesse en silicone solide. Un seul problème : certaines, en s’asseyant, font partir la silicone dans les cuisses, obtenant une culotte de cheval. «C’est ce qu’on appelle en terme médical une migration de la silicone, explique Jean-Luc Hennig (Brève histoire des fesses, éd. Zulma). Ou plus simplement une coulée de fesse».
Le photographe Jean-loup Sieff affirme préférer les fesses aux visages parce que «c’est la partie la plus secrète, la plus émouvante, c’est celle qui se souvient, qui est tournée vers le passé, alors que nous allons inexorablement de l’avant, et qui regarde le chemin parcouru.»

Agnès Giard, Les 400 culs, 15.02.08

3 comentarios:

vecino dijo...

No se francés y me estás privando de lo 400 culos.

R Menendez dijo...

Precisamente. Es una incitación al aprendizaje del francés. Tu puedes!

Beralia dijo...

muy buen articulo! quien se iba a imaginar que algo así tuviese una historia desde anatómico-antropológica hasta etimologica y cultural... excelente, gracias por compartirlo!